Avant de dormir

Dans la pénombre, il appelle « Maman ! ». Une heure qu’il se tourne, se retourne, bien décidé à ne pas se laisser embobiner par Morphée.

« Maman ! »

Un câlin, je l’embrasse, il faut dormir maintenant. Je chante tout bas notre petite chanson. « Ça veut dire quoi la paix maman ? » Ah.

Je me couche a ses côtés, me recroqueville dans sa coquille de nuit, nos têtes posées sur le même oreiller. Lui les yeux ouverts, moi les yeux fermés qui montre l’exemple, il me caresse les cheveux, me demande si je respire. Je prends sa main, la pose sous mes narines, « je sens le vent maman ». Dans la nuit, son visage près du mien, on respire.

Ma main posée sur mon ventre, je pense à la sensation de mes bébés qui bougeaient sous ma peau hier encore, comme un souvenir diffus, je me demande où elle s’en est allée. Ce n’est pas si loin, je ne me souviens plus très bien. Je me dis : on est comme des poupées russes, leurs racines sont au creux de moi. Je me dis : il faut profiter. Je me dis : il faut vivre fort. Oui c’est ça, vivre fort.

Une brise sur ma peau. Il dort.

IMG_5464.JPG



Les soirs de juin

Les soirs de juin auront pour toujours la saveur de mes 17 ans. Me noyant alors dans les vers et la prose d’Arthur Rimbaud, mes songes étaient tissés de fugues raisonnables, d’allées de tilleuls et de cafés éclatants. Un recueil de poèmes vieux comme le monde calé dans la poche, des idéaux scellés dans le coeur, j’ai passé bien des soirs à contempler mon trop petit univers, penchée à la fenêtre, perchée sur le toit. A rêver d’ivresse et du grand Ailleurs.

Est-ce le souvenir naïf de ce temps révolu qui nourrit mon attachement aux prémices de l’été ? Ce soir encore, l’appartement ouvert aux quatre vents, les bras croisés au balcon, je me surprends à noyer mon regard dans les feuillages, longtemps, me nourrisant de chaque note distillée dans l’air par un voisin généreux. Je bénis la saison des concerts très privés, piano piano, avec pour seul salut en fin de mouvements, tilili tilili, le chant des oiseaux.

veloo-1.jpg